Témoignages - Articles

f
t
y

Témoignages - Articles

Témoignage de Salah ZAAZOUA, 29 ans, Dessinateur Projeteur


« J’ai pu apprendre mon métier auprès de collègues très expérimentés »

Je travaille en tant que Dessinateur Projeteur chez UPCR Groupe, un Bureau d‘Etudes employant 150 personnes. J’y suis depuis bientôt cinq ans et j’ai déjà participé à de nombreux projets d’envergure pour des clients tels que TECHNIP, SIDEM, CTIM, ICE, GER2I, STIC... En ce moment je termine d’ailleurs une étude de stockage d’effluents pour SANOFI AVENTIS.

Mon quotidien m’amène à réaliser des plans de tuyauterie, isométriques, supportage… mais aussi parfois des relevés sur site. J’utilise des logiciels tels qu’Autocad 2D/3D ou MicroStation 2D/3D et je viens de compléter une formation à PDMS chez AVEVA.

Je suis titulaire d’un Bac Pro Etude & Définition de Produits Industriels et ai un niveau BTS Conception de Produits Industriels. UPCR m’a donné ma chance en m’offrant ma première expérience et progressivement, au sein de son BE, j’ai pu apprendre mon métier auprès de collègues très expérimentés. Depuis j’ai gagné en autonomie et en responsabilités, et à chaque projet, grâce à la multiplicité des secteurs d’activités rencontrés, j’acquière de nouvelles compétences… c’est vraiment ce qui me plait dans mon métier !

Légende : Etude de stockage d’effluents © UPCR / SANOFI AVENTIS

Témoignage de Marion MARNAS, Ingénieur de Projet  - SAFEGE

L’élaboration de schémas directeurs, une étape incontournable pour une gestion durable des investissements en eau potable et en assainissement

Entrée en 2009 à SAFEGE pour réaliser mon stage de fin d'étude, j'ai travaillé à l'élaboration d'un modèle hydraulique d'alimentation en eau potable dans le cadre du schéma directeur eau potable de la Communauté d’Agglomération Rouennaise. Diplômée d'AgroParisTech, ex INA-PG, j'ai choisi de poursuivre l'aventure au sein de l'unité hydraulique urbaine de Nanterre sur des thématiques relatives à l'eau potable et à l'assainissement.


La construction du modèle hydraulique ne représente qu’une partie de l’élaboration d’un schéma directeur, mais constitue une étape décisive pour la définition des aménagements. Cette phase dote en effet l’exploitant d’un outil d’aide à la décision puissant, permettant d’établir le diagnostic de fonctionnement du réseau, de répertorier ses faiblesses, de proposer des solutions et de tester différents scénarii d’évolution.

Je cherchais un métier qui me permettrait de mener défis techniques et humains de front. SAFEGE me permet de concilier ces deux aspects au quotidien en me confiant la réalisation de projets durables contribuant à améliorer le quotidien de chacun.

 

Témoignage de Pierre Mazurelle

Pont de Terenez – Modélisation des ancrages des haubans

  La justification d’un ouvrage exceptionnel passe aussi par l’étude approfondie  d’éléments de faibles dimensions.

Le nouveau pont de Terenez (29) est un pont courbe à haubans avec des  pylônes en forme de lambda. Les études d’exécution, réalisées par ARCADIS, ont pour objet de justifier l’ensemble de l’ouvrage ce qui passe notamment par une pièce particulièrement complexe, la boite métallique d’ancrage des haubans  en tête de pylône.

Elle a été étudiée à l’aide d’un modèle volumique au comportement élasto-plastique qui a permis de déterminer déformations et contraintes dans les pièces localement plastifiées.« En travaillant sur ce point, j’ai pu mettre en application des connaissances théoriques (plastification) dans les études d’exécution d’un ouvrage de grande envergure », souligne Pierre  MAZURELLE.

 

Témoignage de François Arruti, Ingénieur projet

Ecoquartier de la ZAC du Seque à Bayonne

Situé à 5 km au nord de Bayonne, le futur écoquartier de la Zac du Séqué tend à concilier l'équilibre entre la qualité des logements, le bien-être des habitants et la mixité sociale.
Sur 14 hectares, le programme prévoit 625 logements dont un établissement d'hébergement pour personnes agées dépendantes de 98 lits, et des espaces pour services et équipements de proximité, l’ensemble livrable d’ici 2012.

Primé en 2008 au concours Ecoquartier organisé par le ministère le ministère de l'écologie, de l'énergie, du développement durable et de la mer dans dans la catégorie Déchets, le projet est issu d'une approche environnementale de l'urbanisme dans le respect des directives récentes préconisées par le Grenelle de l’Environnement.

Pour les espaces publics, objets de la mission confiée au Groupe INGÉROP, associée aux paysagistes Abéradère (mandataire) et Arbelbide, de nombreuses technologies nouvelles ou récentes sont utilisées afin de répondre aux objectifs fixés tant pour la gestion de l’eau que pour la gestion des déchets ou le choix des matériaux.
Une charte de chantier vert ainsi qu’une charte de chantier faible nuisance ont également été mises en place.

François Arruti
Chef de projet, Groupe INGÉROP


Témoignage de Dino Vissault, Ingénieur en apprentissage

L’apprentissage, une voie en or

Après un master 1 en Génie Urbain, Dino Vissault a choisi la voie de l’apprentissage pour compléter sa formation et découvrir grâce à l’alternance la réalité du terrain.

Pour la seconde année consécutive, l’Université de Marne la Vallée Paris Est, proposait à ces étudiants ingénieur la formule de l’alternance. Une filière de formation qui conquiert de plus en plus d’adeptes, d’autant que 80% des élèves sont assurés d’avoir un emploi à la sortie.  « Pour moi, ce type de formation est le meilleur moyen de s’intégrer dans le monde du travail car nous en avons une vision plus précise » explique avec enthousiasme Dino Vissault. « J’ai la chance d’avoir un directeur qui m’explique les rouages du métier, et me transmet le fruit de son expériences » ajoute-t-il.

Un tremplin professionnel

L’apprentissage requiert  toutefois de savoir s’organiser entre les études et le travail. « Si dans la journée je suis un vrai salarié, quand je rentre le soir, j’ai encore les devoirs à faire. » souligne Dino, qui regrette de rater quelquefois des moments forts de la vie de l’entreprise comme celui du rendu et de la présentation de projet. En tous les cas, il recommande à un jeune qui hésite encore à s’engager dans cette voie, de franchir le pas, «  car l’apprentissage est un tremplin pour son futur professionnel ».


Dino Vissault,
Ingénieur en apprentissage – département santé BETOM Ingénierie
Ecole : Université Marne la Vallée Paris Est.

Témoignage de Yoann GIOT, Ingénieur Responsable de marché

La formation en alternance, un parcours fructueux pour l’ingénieur et l’entreprise


Après avoir obtenu un DUT Génie Civil Yoann Giot a choisi d’intégrer une école d’ingénieur en alternance (IITBTP Champagne-Ardenne), pour une durée de 3 ans, en partenariat avec INGÉROP.
 
Durant trois ans, il a partagé son temps entre formation académique classique et formation en entreprise. Une alternance qui lui a permis de s’intégrer rapidement dans la société.
« Le rythme de la formation est soutenu et nécessite une motivation permanente. En entreprise, en parallèle de mon travail courant, j’ai dû rédiger de nombreux documents permettant d’évaluer mon apprentissage et de valider mes acquis ».

Pour l’entreprise,l’apprentissage n’est pas une tâche à prendre à la légère

Le tuteur doit encadrer l’élève et l’accompagner dans sa formation. Il suit chaque année une journée de formation spécifique, doit également évaluer le travail de l’étudiant et être présent lors des soutenances annuelles.

Des efforts conjugués pour atteindre un objectif commun : la formation d’un jeune ingénieur opérationnel dès sa sortie de l’école.
« Comme dans la plupart des cas pour ce type de formation, mon embauche dans l’entreprise s’est opérée comme une suite logique. Depuis, j’occupe principalement le poste d’ingénieur responsable de marchés de travaux en maîtrise d’œuvre réalisation (RN249 notamment) ».

Terrassements généraux RN249 – Cholet Bressuire
Yoann GIOT

 
Yoann GIOT
Ingénieur Responsable de marché Groupe INGÉROP

Témoignage d'Aurélie Le Dissez

De la recherche universitaire à la recherche opérationnelle en bureau d'ingénierie : une continuité dans mon parcours professionnel

A l’issue de sa thèse portant sur la modélisation numérique de l’hydrodynamique côtière et lagunaire, puis d’un post-doctorat effectué au près du CETMEF*, Aurélie Le Dissez, ingénieur d’affaires a rejoint la société SOGREAH. Son expérience universitaire fut un atout certain à l’embauche pour intégrer l’équipe Modélisation Hydraulique et Logiciels.

« Mon arrivée à SOGREAH début 2008 correspondait au lancement du projet de rétablissement du caractère maritime de la Baie du Mont-Saint-Michel. Dans ce cadre, le Syndicat Mixte de la Baie désirait disposer d’un modèle mathématique hydro sédimentaire comme outil d’aide à la décision.

La conception et la réalisation de ce modèle à la frontière de l’ingénierie et de la recherche  m’a été confiée.
Ainsi, en prenant part à un projet d’une telle envergure scientifique, la continuité entre le travail de recherche universitaire au cours de la thèse et l’application en bureau d’ingénierie est apparue évidente : mon savoir-faire de docteur en termes de développements innovants sur des applications opérationnelles a été un véritable atout pour l’entreprise et plus largement pour l’opération ».

*CETMEF : Centre d’Etudes Techniques Maritimes et Fluviales.

Témoignage d'Antoine de Berny

Dans le bain Vietnamien

VIE au Vietnam, Antoine de Berny participe à cette formidable aventure que constitue la construction de la première ligne du métro de Hanoï. Une expérience professionnelle des plus enrichissantes et la rencontre avec un pays attachant.

Longue de plus de 12 km, la ligne 3 du métro de Hanoï permettra de décongestionner la capitale vietnamienne. Systra le grand spécialiste en la matière, accompagne le projet depuis les études de faisabilité jusqu’à la mise en service effective, avec un suivi d’exploitation la première année. Après une formation d’ingénieur généraliste à l’Ecole Centrale de Lille, complétée par un Master Spécialisé en gestion de projet, Antoine de Berny à rejoint les équipes en place à Hanoï, pour assurer la revue technique des livrables produits par les départements de production Système de Transport du siège parisien (matériel roulant, voie, alimentation électrique, signalisation, etc.) et leur adaptation au contexte local, avant présentation au client Vietnamien. « Du fait de la diversité des activités en cours, je suis amené à m’adapter en permanence aux différents métiers en jeu, comme par exemple le génie civil ou encore la gestion de projet (planning, reporting, gestion du système d’information) », souligne Antoine de Berny.

Une formation de terrain hors pair

Désireux d’avancer professionnellement à travers la réalisation d’un projet innovant, beaucoup plus enrichissant, le jeune ingénieur n’a pas hésité un seul instant lorsque l’opportunité de rejoindre Systra pour cette mission s’est présentée. « J’avais découvert le Vietnam à la faveur d’un stage de fin d’étude et j’étais tombé amoureux du pays et de sa culture. Ce VIE me permet de concilier mon rêve d’expatriation avec un acquis de connaissances très complet.» Une situation gratifiante qui incite Antoine à poursuivre l’aventure. « J’aimerais continuer à travailler une ou deux années supplémentaires sur ce projet à la fin de mon VIE ; afin de participer aux métiers liés à la supervision de travaux et ainsi continuer à m’enrichir tant professionnellement que sur le plan personnel ».

Antoine De BERNY


Témoignage de Maximilien de Longevialle, 24 ans, chargé de mission

Le recrutement : sa diversité traduite sous toutes ses formes

Le monde est mon lieu de travail. « Très jeune déjà, j’aimais voyager à l’étranger. En 2007, en première année d’école, mes stages me conduisent au Cambodge et en Argentine. Je découvre le Groupe AKKA Technologies en 2008 suite à une offre de stage, destination l’Inde pour six mois afin d’assister le management franco-indien dans le développement de la filiale indienne du Groupe. Mon challenge ? Créer des outils de reporting, développer nos activités commerciales et augmenter les synergies entre AKKA et les équipes indiennes. Une expérience très enrichissante tant sur le plan professionnel que social. Fin 2009, je pars quatre mois en échange universitaire en Slovaquie, pour une dernière expérience à l'étranger en tant qu'étudiant. Le moyen de parfaire mes compétences en Management Interculturel. 2010, derniers mois de formation à l'école, je suis approché de nouveau par AKKA Technologies qui me propose un poste de Chargé de mission.

Mes responsabilités : assister le Directeur Général Délégué Grands Comptes. Une fonction où ces expériences apportent de la valeur ajoutée au Groupe, le tout dans une relation de confiance absolue. L’occasion pour moi de traiter des sujets variés et d’apprendre aux côtés de hauts dirigeants.

Le plus ? Je continue de voyager, la preuve : j’arrive de Berlin et je repars à Londres.

Maximilien de Longevialle

Témoignage de Charlotte Renaud, VIE chargée commerciale SAFEGE en Algérie

Dans le secteur de l’ingénierie, les appels d’offres sont devenus une pratique courante, traduisant l’intensité de la concurrence. Les projets sont précédés d’une démarche rigoureuse de montage d’offres, bras armé des sociétés d’ingénieurs conseils.

Diplômée de Sciences Politiques avec en poche un master d’Ingénierie des Services Urbains (IEP de Rennes), je suis engagée depuis quelques mois en tant que VIE (Volontaire Internationale en Entreprise) chez SAFEGE, auprès de leur filiale en Algérie. Ce statut me permet d’être intégrée dans un grand groupe français exerçant ses compétences dans les métiers de l’eau, de l’environnement, des infrastructures urbaines et de transport, et de l’énergie, et de bénéficier d’une expérience unique à l’étranger, tout en travaillant au quotidien dans une structure à taille humaine.

En tant que chargée commerciale, je participe activement au montage des offres. Cela m’a permis d’être rapidement intégrée au sein de l’équipe et responsabilisée. Les appels d’offres se gagnent en équipe. Il faut donc travailler sur plusieurs fronts : technique, financier, administratif, juridique et en étroite collaboration avec tous les acteurs de SAFEGE. A la remise des offres, la pression est saine et stimulante. Cela me permet de mettre un premier pas dans le monde de l’ingénierie, de prendre part au développement de mon entreprise. Aujourd’hui SAFEGE relève un défi en s’affirmant comme la référence en Ingénierie conseil pour l’eau et l’environnement en Algérie, j’ai la chance d’être au premier rang pour y participer.

Charlotte RENAUD,
VIE chargée commerciale SAFEGE en Algérie

Témoignage de Sophie Martin

L’ingénierie industrielle s’ouvre aux femmes - Parcours d’une jeune femme ingénieur, de l’expertise technique vers le management de projet

 Pendant ses études, Sophie Martin était attiré par le développement de nouveaux procédés dans l’industrie, en particulier dans le domaine de l’environnement. En intégrant ERAS Ingénierie, elle travaille depuis au service des industries, pour des projets innovants, avec des enjeux environnementaux forts.

D’abord sur un projet de viscosification d’eau de mer pour un groupement pétrolier. « J’ai participé à la conception d’une unité pilote pour améliorer la rentabilité de l’extraction des puits de pétrole de 10 à 15% par l’utilisation de polymères, neutres pour l’environnement. L’unité a été fabriquée en France, entièrement démontée en modules puis rassemblée sur une barge off shore où les contraintes sont importantes (encombrement, sécurité opérationnelle, accélérations dues à la houle océanique…) ».

Par la suite, elle a été chargée de l’assistance au démarrage et de la conduite des tests sur site au large de l’Angola. « Depuis, nous contribuons à l’optimisation de l’exploitation et réalisons également les études de dégoulottage de ce pilote. En parallèle, j’ai pris en charge le management d’une équipe projet pour la conception d’une installation de valorisation de déchets à partir des résultats d’essais laboratoire et pilote ».


Témoignage de Clarisse Laurent

Un remède à la routine

Depuis 2007, Clarisse Laurent, ingénieur chargé d’études chez setec its, participe à la maîtrise d’œuvre Equipements et Systèmes de la future ligne de tramway de l’Agglomération Orléanaise, qui sera mise en service mi-2012.

Dès son stage de fin d’études, Clarisse a eu la chance d’intégrer une équipe d’ingénieurs, en phase Etudes du projet, pour la conception des systèmes Réseau, Audio et Vidéo du tramway. Afin de répondre au besoin du client et lui proposer des solutions techniques optimisées, il s’agit d’être continuellement à l’écoute du marché industriel, tout en travaillant en interface directe avec l’exploitant, futur utilisateur du système.
« J’ai pu acquérir beaucoup plus d’autonomie et j’ai diversifié mes compétences. Je poursuis ma mission sur les parties Réseau, Vidéo et  je gère les interfaces entre nos systèmes et la future ligne de tramway. Je participe aussi au suivi des études des systèmes Radio et SAEIV (Système d’Aide à l’Exploitation et Information Voyageurs) ».

Une vraie crédibilité

Le suivi technique, sur le terrain, lui permet de vérifier ce qui a été défini en phase d’études. « Plus largement, il est intéressant de travailler avec plusieurs acteurs d’un tel projet, notamment, les fabricants de matériel roulant et les architectes. La maîtrise des sujets techniques m’a permis d’avoir une crédibilité vis-à-vis du maître d’ouvrage et des fournisseurs ». Autre facteur encourageant, Clarisse a particulièrement apprécié qu’au sein de son équipe « l’on me fasse confiance, malgré ma jeune expérience. Face à la diversité technique de ce projet, la routine n’est pas de mise et cela maintient intact l’enthousiasme du départ ! »

Clarisse Laurent,
SETEC ITS


Témoignage d'Aurélie MILLEDROGUES, Directrice technique d’IGN France

Le globe est son univers

Aurélie MILLEDROGUES est aujourd’hui directrice technique d’IGN France International (IGN FI), la filiale pour l’export de l’Institut Géographique National français. Elle considère la géomatique comme une technique à mettre au service du développement et comme un univers propice aux rencontres et découvertes d’horizons multiples.

Après sa classe préparatoire, Aurélie intègre, en 1993, l’ENSG (Ecole Nationale des Sciences Géographiques). Elle termine cette formation d’ingénieur au Canada par une année de spécialisation en géodésie. « Je savais que ce métier pouvait conduire à des missions sur le terrain, et notamment à l’étranger. Je ne me voyais pas passer ma vie derrière un bureau. Je voulais m’aérer ! ». Elle débute sa carrière comme expert technique à IGN Conseil. Très vite, elle participe à la mise en place d’un Système d’Information Foncier en Russie, avec à la clef plusieurs séjours à Moscou. « C’était ma première mission à l’étranger. J’avais l’impression d’entrer dans un autre monde : nouveaux interlocuteurs, nouvel environnement de travail, autre langue…. Pour la première fois, je me suis retrouvée à devoir prendre seule des décisions importantes. C’était assez grisant ».

Une fonction d’une grande variété

Quelques aventures géomatiques plus tard, passant par Dijon, Nairobi, Tours, ou Haiti, Aurélie prend la tête d’IGN Conseil, en 2002. Elle y encadre alors une dizaine de consultants. En 2008, elle devient directrice technique d’IGN FI. « Cette fonction appréhende une plus grande variété technique et humaine. A l’international, il faut s’adapter à d’autres enjeux, d’autres situations, d’autres acteurs. C’est très riche». Le métier de la géomatique a donc permis à Aurélie de s’épanouir dans des expériences multiples et riches, à l’instar de sa fonction actuelle qui utilise pleinement les enseignements donnés par le cursus d’ingénieur : expertise technique, gestion de projet, management…


Aurélie MILLEDROGUES
Directrice technique d’IGN France